Les nouvelles mesures fiscales adoptées pour l’année 2021

Pour la fin de l’année 2021, quelques modifications ont été adoptées en France dans le domaine de la fiscalité. De nombreux paramètres entrent en jeu ou ont été changés dont notamment le barème, la décote ou encore nouveau crédit d’impôt. Vu les impacts négatifs de la COVID-19, l’État a quand même tenu sa parole. Soyez donc rassurés, il n’y aura pas d’augmentation d’impôt. Obtenez quand même quelques informations sur les récentes décisions.

Actualisation du barème de l’impôt sur le revenu 

Le changement majeur noté pour la fiscalité en 2021 est la revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu. En effet, celui-ci connaîtra une majoration de 0,2%, comparativement à 2020. Autrement dit, il y aura une hausse du prix de consommation. De plus, le taux d’imposition de la première tranche imposable passe de 14% à 11%. Pour avoir plus de détails sur les nouvelles mesures fiscales en France, veuillez consulter le site https://simulation-impots.net/.

                                                                                                                      

Extension du système de la décote

La décote se définit comme la possibilité pour les contribuables de réduire le coût d’entrée dans l’impôt sur le revenu. En 2021, grâce à l’extension de la décote, l’impôt dû sera diminué ainsi que le nombre de personnes imposables. 

 

Avènement d’un nouveau crédit d’impôt sur les bornes électriques

Cette forme de crédit concerne aussi bien les propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit qui fera l’installation de bornes de recharge pour les voitures électriques. Il existe quand même quelques conditions pour en bénéficier. L’installation des bornes de recharges doit être effectuée sur la zone de stationnement du logement principal. L’avantage fiscal sera de 75% sur la somme déboursée, mais ne dépassera pas 300 euros par installation. 

 

La taxe d’habitation 

Un des derniers changements majeurs prévus pour 2021 est, la taxe d’habitation sur les habitations principales. Elle connaîtra une baisse de 30% cette année. Au bout de deux ans, l’impôt sur les habitations principales ne sera plus dû.